D’abord la mauvaise nouvelle: un lumbago provoque de terribles douleurs. Et maintenant la bonne: généralement, la douleur disparaît d’elle-même et se révèle sans gravité.

Parfois, un petit mouvement spontané suffit pour déclencher une douleur lancinante dans le dos. Au Moyen-Âge, on considérait qu’une telle douleur ne pouvait avoir qu’une seule explication: une sorcière venait de vous tirer une flèche dans le dos, d’où le terme «Hexenschuss», littéralement «coup de sorcière», qui désigne le lumbago!

En effet, ce terme profane quelque peu extravagant, qui s’est perpétué dans le langage courant allemand jusqu’à nos jours, décrit une violente tension des muscles dans la région lombaire et un blocage simultané des articulations situées entre les corps vertébraux. La mobilité est alors fortement restreinte, voire carrément impossible. Même les plus petits mouvements infligent aux personnes affectées de véritables tortures, à tel point qu’elles sont obligées de figer leur posture jusqu’à ce que la douleur se soit suffisamment atténuée. Souvent, les douleurs sont si intenses que les personnes concernées pensent être atteintes d’une hernie discale. Mais il est relativement rare que la hernie discale soit à l’origine d’un lumbago.

Tous les ans, près de 10 % des Suisses connaissent un épisode de douleur aiguë au niveau du dos. Quatre suisses sur cinq en seront atteints au moins une fois au cours de leur vie. «Il s’agit donc d’un problème tout à fait courant et très fréquent», explique le Prof. Dr Kan Min, spécialiste en chirurgie orthopédique et en traumatologie de l’appareil locomoteur, et médecin accrédité à la Klinik Hirslanden et à la Hirslanden Klinik im Park de Zurich.

Les multiples causes d’un lumbago

Il est difficile d’établir une liste exhaustive des situations les plus à même de provoquer un lumbago, estime le Prof. Dr Kan Min. «Cela peut arriver absolument à tout moment et sans aucun signe avant-coureur. Parfois, les personnes concernées ne ressentaient pas la moindre douleur avant la survenue du lumbago.» Les femmes et les hommes sont atteints avec la même fréquence, et la tranche d’âge la plus touchée par le lumbago est celle de 35 à 55 ans. Les personnes en surpoids ont tendance à en être davantage affectées que celles dont le poids est normal.

En outre, les cas sont plus fréquents chez les personnes exerçant un travail physiquement éprouvant, qui sont obligées de soulever, porter, tirer ou pousser des objets. «Les artisans et les personnes physiquement actives sont donc plus exposées au risque de survenue soudaine d’une douleur lancinante», ajoute le Prof. Dr Kan Min.

Les causes de la lombalgie aiguë, autre nom du lumbago, sont aussi multiples que les situations qui la déclenchent. Les déchirures musculaires ou les déchirures de la capsule articulaire, l’arthrose, les phénomènes d’usure, les inflammations des muscles ou des articulations ou les contractures musculaires ne constituent que quelques exemples parmi les nombreuses causes possibles de survenue d’un lumbago.

Comment soulager un lumbago?

La bonne nouvelle, c’est que la douleur disparaît généralement d’elle-même. C’est pourquoi 80 à 90 % des lumbagos ne sont même pas diagnostiqués, comme l’explique le Prof. Dr Kan Min.

En règle générale, seuls les antalgiques aux propriétés anti-inflammatoires ou les myorelaxants parviennent à soulager la douleur. Dès qu’elles peuvent bouger à nouveau, les personnes affectées sont invitées à être physiquement actives, dans la mesure du raisonnable. «Pendant longtemps, on a recommandé l’alitement aux patients souffrant de lumbago. Aujourd’hui, on sait que c’est plutôt contre-productif», révèle le spécialiste. Le patient doit rester actif et continuer à bouger. En effet, le ménagement excessif de la musculature risque de provoquer une tension durable des muscles qui, dans le pire des cas, peut évoluer en douleur chronique.

Une consultation médicale ne s’impose au cours de la première phase que lorsque les douleurs restent insupportables malgré la prise d’antalgiques ordinaires. Il en va en revanche autrement lorsque les douleurs ne se sont toujours pas atténuées après deux à quatre semaines, ou se sont même intensifiées. La personne affectée est également invitée à consulter un médecin lorsque la douleur irradie dans les jambes, provoque un picotement, une sensation d’engourdissement ou de faiblesse.

«Dans ce cas, il est important de déterminer précisément la cause des douleurs», indique le Prof. Dr Kan Min. «Hernie discale, ostéoporose, fractures vertébrales, épisodes de rhumatisme, mais aussi infections ou métastases (lien disponible en allemand uniquement) peuvent théoriquement être à l’origine de ce type de douleurs aiguës», explique le médecin, avant de se montrer plus rassurant: «Il s’agit de cas exceptionnels.» Dans la plupart des cas, un lumbago n’est pas le symptôme d’un dos ravagé, mais la conséquence douloureuse d’un mouvement imprudent.

Prévenir vaut mieux que guérir

Si vous souhaitez vous prémunir contre le lumbago ou prévenir un nouvel épisode de douleur aiguë, il vous faudra suivre une formation spéciale pour votre dos. Il s’agit concrètement d’apprendre à soulever des charges, à se tenir debout, et à marcher de manière appropriée (voir aussi «Soulever et porter correctement une charge» de SuvaPro). Plusieurs courtes promenades par jour, de paisibles balades à vélo et un entraînement contrôlé du dos peuvent également contribuer à prévenir un nouvel épisode de lumbago. Dans la plupart des cas, de telles mesures suffisent, conclut le Prof. Dr Kan Min.