Sport et arthrose peuvent être liés directement que ce soit positivement ou négativement. Quelle activité physique a une action préventive contre l’arthrose et dans quelle proportion? Et quel sport favorise plutôt l’usure des cartilages? L’orthopédiste Dr. med. Kai-Uwe Lorenz de la Hirslanden Klinik Belair à Schaffhouse nous explique les liens entre sport et arthrose et quels types de sport sont indiqués en cas d’arthrose.

Le sport prévient-il l’arthrose ou constitue-t-il plutôt un facteur de risque?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: On ne peut pas faire de généralités. On dit en principe «Mens sana in corpore sano – un esprit sain dans un corps sain». Une activité physique régulière comme le sport contribue pour une large part à une bonne santé.

Mais il faut envisager cette activité physique en faisant des différences. Pour certains, le minigolf sera un sport approprié et ils auront une pratique très ambitieuse. D’autres se passionneront pour le football ou le motocross. Les uns et les autres pratiqueront leur sport éventuellement de manière très intensive. L’influence sur la santé et le risque de développer de l’arthrose ne sont pourtant pas les mêmes.

Le type de sport que l’on pratique a donc une influence?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: C’est exact. D’une part, il est question de forme physique et d’endurance nécessaires pour le sport, qui sont ainsi entraînées. D’autre part, l’importance de la sollicitation des articulations et du risque de blessure joue aussi un rôle. Cela dépend du type de sport. Chaque mouvement a une influence sur le cartilage articulaire et donc sur la formation éventuelle d’arthrose.

Pouvez-vous nous expliquer le lien entre mouvement et cartilage articulaire.

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: Les surfaces des articulations qui glissent les unes contre les autres pendant le mouvement sont recouvertes de cartilage articulaire, afin que le processus puisse se dérouler avec une friction la moins importante possible. Le cartilage est composé d’un réseau de fibres de collagène rempli de cellules cartilagineuses et de beaucoup de liquide, en quelque sorte un «coussin d’eau organique». Lorsqu’une pression est exercée, le liquide est poussé hors du cartilage et s’écoule de nouveau à l’intérieur lorsque la pression cesse. Grâce à ce mécanisme, toutes les pressions et chocs exercés sur l’articulation sont «amortis» efficacement. Simultanément, ce processus nourrit le cartilage, car le liquide qui entre et sort contient des nutriments importants. Dans ce cas, l’activité physique et le sport ont un effet positif, car un mouvement régulier favorise la nutrition et, par là, la préservation du cartilage et donc la résistance des articulations.

Ce cartilage peut également s’user et c’est ce qui se produit en cas d’arthrose. Le réseau de fibres de collagène s’use sur la surface extrêmement lisse, comme le profil d’un pneu. L’usure du cartilage progresse le plus souvent très lentement; elle ne peut être arrêtée et est irréversible. Par conséquent, l’arthrose ne se guérit pas. Par ailleurs, il existe des facteurs de risque, qui peuvent favoriser l’apparition et la progression de l’arthrose: Il s’agit notamment de la surcharge pondérale, d’une lésion du ménisque ou d’une mauvaise position des jambes (jambes en X ou en O). Une surcharge chronique ou des accidents peuvent aussi endommager le cartilage. Le sport peut donc aussi avoir des conséquences négatives et favoriser l’arthrose quand il est pratiqué de manière excessive ou si l’on se blesse.

Quels types de sports préviennent ou favorisent l’arthrose?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: L’interaction du mouvement sur le cartilage permet de formuler la conclusion suivante: l’idéal est de pratiquer un sport qui n’implique ni sollicitations importantes ni risques de blessures. Par conséquent, tous les types de sport impliquant des mouvements harmonieux et où le poids du corps est allégé est bon pour la préservation des articulations. C’est le cas par exemple du vélo ou de la natation. Seule une partie du poids du corps appuie sur les articulations et pourtant les muscles peuvent très bien être sollicités et donc développés ou au moins préservés. J’aimerais citer en particulier l’aquagym qui utilise la «quasi-apesanteur» dans l’eau et entraîne de manière ciblée la musculature et la coordination. La course à pied également pratiquée de manière adéquate et raisonnable peut être positive pour les articulations à condition d’avoir de bonnes chaussures, de ne pas courir sur de l’asphalte mais sur un sol meuble et sur des distances pas trop longues (par exemple, une demi-heure à chaque fois).

Inversement, il y a des types de sport, qui comportent un risque élevé de formation d’arthrose. Le football et le handball comportent notamment un risque accru, compte tenu de l’aspect dynamique du sport et des sollicitations qui en résultent sur les articulations des extrémités inférieures. À cela s’ajoute le contact avec l’adversaire dans le jeu qui contribue à un risque de blessure accru. Outre les articulations des chevilles et des épaules, le genou est aussi particulièrement exposé.

Par ailleurs, il existe aussi de nombreux types de sport, que l’on peut pratiquer sans problème de manière raisonnable jusqu’à un âge avancé, sans risque de développer de l’arthrose. Je pense à des sports comme le tennis, le golf, l’équitation, la randonnée, le ski alpin ou le ski de fond.

Quel sport est recommandé et en quelle quantité lorsqu’on souffre déjà d’arthrose?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: Tout mouvement est en principe positif pour l’appareil locomoteur, à savoir les muscles et les articulations. C’est à cela qu’ils sont destinés. C’est de là que vient l’expression «Qui se repose, rouille». Non seulement cela est vrai, mais ça l’est aussi pour les patients souffrant d’arthrose. Le mouvement et des exercices de musculation faciles sont précisément utiles pour ces patients. Ce mouvement permet autant que possible de nourrir le cartilage résiduel, l’envergure des mouvements des articulations est préservée, en particulier en lien avec des étirements et des exercices de gymnastiques pratiqués régulièrement, et les muscles sont ainsi préservés. Tout cela contribue à une vie saine jusqu’à un âge avancé, même en cas d’arthrose.

Même en présence d’arthrose, la règle est que le mouvement ne devrait pas impliquer de sollicitations brusques, mais plutôt se dérouler de manière harmonieuse et rythmique. On citera encore une fois le vélo et le mouvement dans l’eau. Même une promenade quotidienne de 30 min répond aussi à cet objectif. On n’a pas besoin ici de se soucier de l’articulation sur laquelle l’arthrose est la plus prononcée. Si les extrémités inférieures sont concernées, il est recommandé d’utiliser des bâtons de marche. Ils peuvent réduire de 10 à 15 % la sollicitation sur les articulations des genoux et améliorer l’assurance à la marche.

Si le mouvement est bon pour la santé en présence d’arthrose, jusqu’à quelle limite doit-on aller dans la douleur ou prendre des antalgiques pour lutter contre cette douleur?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: En présence d’arthrose, il est important d’explorer la zone de sollicitation dans laquelle l’articulation concernée fonctionne encore sans problème. On se rend rapidement compte de combien de temps et jusqu’où on peut aller par exemple avant d’atteindre la limite de sollicitation possible. Il est alors recommandé d’effectuer des mouvements dans cette zone, et de faire plusieurs étapes courtes plutôt qu’une seule étape longue.

En principe, chaque activité peut provoquer une inflammation dans une articulation accompagnée de douleurs et d’un gonflement. Dans un tel cas on peut/devrait avoir recours à des moyens permettant de lutter contre l’inflammation. Des remèdes maison comme une poche de froid ou un enveloppement peuvent soulager. L’étape suivante est l’utilisation d’anti-inflammatoires, soit de manière locale avec des pommades ou des pansements, soit éventuellement des comprimés ou capsules. Une mobilisation modérée de l’articulation concernée, par exemple sur un banc de musculation, peut aussi aider à diminuer l’épanchement ou l’inflammation. En cas d’inflammation massive avec épanchement dans l’articulation, il est recommandé de consulter un médecin, tout comme dans le cas où on a régulièrement recours à des antalgiques.

Avez-vous encore des conseils pour des patients souffrant d’arthrose concernant le mouvement et le sport?

Dr. med. Kai-Uwe Lorenz: L’arthrose provoque généralement une réduction de la masse musculaire ainsi qu’une diminution de la coordination et de l’assurance à la marche. Sans qu’ils ne s’en rendent compte, les patients ont un risque de chute accru. Là aussi, une activité sportive régulière ou un entraînement peuvent aider à améliorer l’assurance à la marche On peut prendre soi-même l’initiative ou dans le cadre d’un cours (par exemple au sein de la Ligue suisse contre le rhumatisme ou de Pro Senectute), dans une association sportive ou s’informer auprès d’un physiothérapeute. Les exercices doivent être faits de manière autonome et à intervalle régulier pour pouvoir obtenir des effets perceptibles.

En fin de compte, chacun a la possibilité de rester mobile et en bonne forme à un âge avancé, même avec de l’arthrose. Je vous souhaite beaucoup de plaisir et de succès.

 

Merci beaucoup pour cette interview passionnante.