Travailler de manière autonome bien sûr, mais en équipe: ce n’est là qu’un des aspects que Fides Burkard, cheffe des soins apprécie dans son travail au service des urgences de l’AndreasKlinik Cham Zug.

«Repérer rapidement les situations critiques, fixer des priorités et savoir quand on a besoin d’aide: voilà quelques-unes des aptitudes que les médecins et le personnel soignant d’un service des urgences doivent impérativement maîtriser», déclare Fides Burkard. En octobre 2018, elle a pris la direction des soins aux urgences de l’AndreasKlinik Cham Zug après avoir travaillé déjà pendant près de 20 ans en tant qu’infirmière des urgences. «Mon travail m’apporte beaucoup de satisfaction», affirme-t-elle. «Lorsque je vois un patient qui se plaignait de fortes douleurs quitter les urgences après avoir été soigné, cela me remplit à chaque fois de bonheur. Notre métier est très varié et polyvalent. Des enfants aux seniors, des cas bénins comme les petites coupures aux patients en état critique: aucune journée ne ressemble à une autre.»

Évaluer correctement l’état des patients

Sa longue expérience aide l’infirmière à évaluer correctement l’état des patients arrivant aux urgences. «Parfois, j’ai simplement un mauvais pressentiment pour un patient, sans pouvoir identifier au premier regard une blessure ou un symptôme. Je sais alors d’instinct qu’il doit être examiné immédiatement.»

Au service des urgences, tout le monde est bien sûr autonome, mais on ne travaille jamais seulement pour soi. «Aux urgences, il est capital que l’équipe soit bien rodée. C’est toujours ensemble que nous atteignons l’objectif – jamais tout seul. Toute personne qui souhaite travailler dans un service des urgences, médecin ou infirmier, doit impérativement avoir l’esprit d’équipe», estime l’infirmière. Lorsqu’elle ne travaille pas, Fides Burkard passe tout son temps dans la nature. «Je marche et j’adore skier. Le temps passé dans la nature est un bon exutoire à mon travail. Je parviens à m’y détendre et à faire baisser la pression», raconte-t-elle.

Collaboration entre le médecin et le personnel infirmier

Aux urgences, la collaboration entre les médecins et les infirmiers est plus intense que dans les autres services. «Nous, les infirmiers, nous allons chercher les patients et nous commençons à les traiter. Si un patient par exemple se plaint de fortes douleurs, nous plaçons une perfusion, faisons une prise de sang et administrons des médicaments pour le soulager. Après les premières mesures visant à établir un diagnostic et à soulager la douleur, un médecin entre en jeu. Bien sûr, un médecin sera présent dès le début pour les cas critiques.» Pour accélérer et optimiser le traitement des patients aux urgences, le personnel soignant et les médecins travaillent aussi souvent en parallèle. «Le médecin pose par exemple des questions au patient pendant que nous commençons le traitement», poursuit Fides Burkard.

Respect et empathie

«Le service des urgences de l’AndreasKlinik est relativement petit. Cela signifie que les patients attendent très peu, voire pas du tout, avant d’être pris en charge», précise l’infirmière. Mais en cas d’affluence, un comportement respectueux et de l’empathie vis-à-vis des personnes concernées sont très importants.

Lorsque Fides Burkard est trop affectée par le sort d’un patient, elle peut en parler en équipe. «C’est aussi pourquoi le bon fonctionnement de l’équipe et l’harmonie entre les collègues sont indispensables», conclut l’infirmière.

En cas d’urgence, chaque seconde compte.

Nous veillons à ce qu’en cas d’urgence, vous receviez la meilleure aide possible. En savoir plus sur notre page de campagne: www.hirslanden.ch/campagne-urgences