Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent: il représente près d’un tiers de tous les cancers diagnostiqués chez les femmes. Bien que la recherche ne cesse de progresser, les patientes continuent à subir des effets secondaires pénibles: nausées, vomissements ou perte d’appétit suivis d’une dénutrition, d’un affaiblissement du système immunitaire ou de fluctuations de poids. Dans cet article de blog de mycoach, vous découvrirez comment gérer les fluctuations de poids pendant et après un traitement du cancer du sein, et bénéficierez de conseils concrets pour maintenir un poids de forme.

Un traitement contre le cancer du sein peut durer plusieurs années et s’accompagne d’effets secondaires, comme nausées, vomissements et perte d’appétit, notamment lors des phases intensives de la thérapie. Bien souvent, ces symptômes se traduisent par des épisodes de perte de poids et de dénutrition qui affaiblissent encore davantage le système immunitaire et augmentent la vulnérabilité aux infections. Cependant, à long terme, la plupart des patientes prennent du poids au cours de leur traitement. Ce phénomène peut s’expliquer par les causes suivantes:

  • Un appétit accru et donc une augmentation du tissu adipeux en raison du traitement antihormonal et de la prise d’hormones.
  • Des fringales plus fréquentes dues à la carence en œstrogènes liée à la prise de médicaments.
  • La ménopause précoce et le ralentissement du métabolisme provoqués par la chimiothérapie et le traitement antihormonal.
  • Le manque d’activité physique prolongé en raison des douleurs, du stress et de la fatigue pendant le traitement.

La recherche a démontré qu’à chaque phase du traitement, les personnes concernées sont en mesure d’optimiser largement leur bien-être, leur pronostic futur et leur guérison en adoptant une alimentation équilibrée, en conservant un poids adapté et en maintenant une activité physique.

Conseils pour une meilleure tolérance des effets secondaires

Lors d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie intensive notamment, des effets secondaires très lourds peuvent survenir, tels nausées, vomissements, troubles du goût et perte d’appétit rendant quasi impossible une alimentation équilibrée. Les conseils suivants contribuent à limiter ces effets secondaires:

  • Évitez les plats riches en lipides, très épicés ou très sucrés.
  • Privilégiez les plats peu copieux et légers.
  • Préférez des plats froids comme les légumes crus ou demandez à vos amis et à votre famille de cuisiner pour vous lorsque des odeurs de cuisson trop fortes aggravent vos nausées.
  • Lorsque s’alimenter devient difficile en raison de l’inflammation des muqueuses de la bouche, rabattez-vous sur des plats froids ou à température ambiante, des plats non solides tels que soupes, flocons d’avoine, smoothies ou glace maison.
  • Buvez beaucoup d’eau et/ou du thé, notamment entre les repas.

Prise de poids non désirée pendant un traitement anticancéreux. Que faire?

Lors de la phase de traitement intensif, les patientes sont souvent entièrement prises en charge par d’autres. C’est pourquoi elles souhaitent par la suite retrouver leur autonomie et se faire du bien. Cela vaut également pour la lutte contre une éventuelle prise de poids et les fringales provoquées par les traitements.

Il est essentiel d’éviter de soumettre le corps à des régimes intensifs et précipités, et de privilégier une perte de poids lente mais constante. Selon la situation individuelle de chacun, maintenir son poids pourra déjà s’apparenter à une victoire. En cas de surpoids, un objectif réaliste consiste à perdre 1 à 2 kg par mois.

Nos conseils pour adopter des habitudes durables et saines:

Reprendre une activité physique. Lors des nombreux traitements dispensés, l’activité physique est souvent trop restreinte et représente un défi difficile à relever pour les patientes. À la fin du traitement, il est important de reprendre une activité physique légère. Celle-ci contribue à réduire la fatigue, améliore progressivement l’état de forme des patientes, permet de lutter contre la rétention d’eau et aide à évacuer le stress. Votre objectif est d‘arriver à un total de 30 minutes d’activité à la fin de la journée. Laissez-vous inspirer par les défis mycoach et trouvez avec votre médecin le sport qui vous convient le mieux. Prenez votre temps et soyez toujours à l’écoute de votre corps. Vous pourrez progressivement augmenter l’intensité de votre activité.

3 repas sains. Veillez à intégrer les trois nutriments principaux du corps: des lipides, notamment des acides gras insaturés, des quantités suffisantes de protéines et de glucides complets. Les apports en fibres contribueront à prolonger la sensation de satiété et à éviter les fringales. Le mieux est de prendre une minute au calme pour établir un plan pour la semaine, puis de faire les courses et enfin, de cuisiner vos plats. Pour les jours de stress, prévoyez des recettes rapides. Renoncez aux plats à emporter, aux fast-foods et aux plats cuisinés. Lancez-vous grâce à ce programme proposé par mycoach: Recettes pour 3 jours.

Le bon choix des ingrédients. Dès lors que vous avez le choix, optez toujours pour des ingrédients naturels et non préparés. Constituez-vous un stock de légumes, de fruits, de céréales complètes, de légumineuses, de noix et de produits laitiers. À la fin de la journée, votre bol alimentaire devrait toujours être composé de 50 % de légumes ou de fruits, de 25 % de protéines saines sous forme de poisson, poulet, légumineuses ou tofu, et de 25 % de glucides complets comme riz brun, quinoa ou pâtes complètes.

Ne laisser aucune chance au grignotage. Lorsque l’envie de grignoter se fait sentir, nous vous recommandons dans un premier temps de boire un grand verre d’eau et d’attendre 10 minutes. Bien souvent, cette envie se sera alors déjà volatilisée. Dans le cas contraire, offrez-vous un thé, de préférence non sucré. L’envie de grignoter est toujours présente? Dans ce cas, dégustez une poignée de noix.
De manière générale, s’il vous vient régulièrement des envies de sucré après les repas principaux, autorisez-vous à manger un fruit. En cas d’envie de grignoter le soir après le dîner, faites disparaître vos envies de sucré en allant simplement vous brosser les dents.

Des collations saines. Soyez préparée lorsque l’envie de grignoter vous envahit. Les noix, les fruits frais, les bâtonnets de légumes, un yaourt ou du séré s’avèrent particulièrement pratiques quand le temps presse.

Des protéines en quantités suffisantes. Les protéines sont particulièrement importantes après une intervention chirurgicale ou une radiothérapie. En effet, les protéines sont responsables de la régénération des tissus et contribuent à réduire le risque d’infection. En outre, elles permettent de réduire durablement la sensation de satiété. Poisson, poulet, «cottage cheese», séré, mozzarella, légumineuses, tofu, quinoa, millet et noix constituent de bonnes sources de protéines.

Pas de calories liquides. Les boissons sucrées, le café crème, les jus de fruits, les boissons alcoolisées… tous ces breuvages ont un point commun: riches en calories, ils ne procurent pas de sensation de satiété. Remplacez ce genre de boissons par du thé sans sucre, du café avec un nuage de lait ou de l’eau aromatisée. Pour aromatiser de l’eau, laissez simplement infuser des herbes fraîches, des baies, des tranches d’agrumes ou de concombre dans de l’eau et savourez.

Si vous avez besoin d’une assistance plus détaillée pour perdre du poids, adressez-vous à un conseiller ou trouvez un programme adapté sur mycoach.ch.

 

Sources:

  • Demark-Wahnefried W, Campbell KL, Hayes SC. «Weight management and its role in breast cancer rehabilitation» Cancer. 15 avril 2012; 118
  • Juvet L, Thune I, Elvsaas I «The effect of exercise on fatigue and physical functioning in breast cancer patients during and after treatment and at 6 months follow-up: A meta-analysis. » Juin 2017; 33:166-177
  • Ligue contre le cancer «Cancer du sein». liguecancer.ch Web. 4 septembre 2019
  • Lipsett A, Barrett S, Haruna F «The impact of exercise during adjuvant radiotherapy for breast cancer on fatigue and quality of life: A systematic review and meta-analysis.» Avril 2017; 32:144-155
  • Nyrop KA, Williams GR, Muss HB et al. «Weight gain during adjuvant endocrine treatment for early-stage breast cancer: What is the evidence?» Breast Cancer Res Treat. Juillet 2016; 158(2):203-17
  • Vagenas D, DiSipio T, Battistutta D et al. «Weight and weight change following breast cancer: evidence from a prospective, population-based, breast cancer cohort study.» BMC Cancer. 31 janvier 2015; 15:28
  • van den Berg M, Winkels R, de Kruif J et al «Weight change during chemotherapy in breast cancer patients: a meta-analysis» BMC Cancer. 2017; 17: 259